Billets d'info

Urbanisme, on fait le point

Urbanisme :
on construit n’importe où, vraiment ?

Alors que le Conseil municipal vient de voter à l’unanimité la charte de l’urbanisme, fruit d’un travail partenarial et de concertation piloté par Honoré Nouvel, adjoint à l’urbanisme, nous avons rencontré Madame le Maire pour faire le point sur l’urbanisation de la commune.

Madame le Maire, que répondez-vous à cette question ?

Bien sûr que non ! Nous faisons ce que nous avions dit. 

Lors de la campagne municipale, en 2020, il y a eu de nombreux débats sur l’urbanisme puisque Pibrac doit construire environ 125 logements par an. Nous avions affirmé ne pas vouloir concentrer des milliers de nouveaux habitants sur de l’habitat en R+3 en entrée de ville, à l’écart de tout, en bord de rocade. Ainsi, nous nous sommes opposés au projet Coustayrac.

A la place, nous voulons des projets à taille humaine, qui encouragent l’accession à la propriété, pour que les personnes qui arrivent à Pibrac y restent, créent du lien social, s’intègrent. Nous voulons aussi de la concertation avec les riverains de chaque nouveau projet.

Et nous le faisons. Regardez ci-dessous les projets validés: des projets entre 15 et 50 logements, du R+1 ou R+2, à l’image des constructions existantes et proches des densités existantes sur le secteur. Des projets matures qui ont donné lieu à de très nombreux échanges avec les riverains. Honoré Nouvel, adjoint à l’urbanisme, s’implique fortement pour organiser la concertation, inviter les riverains, faire en sorte que le promoteur présente le projet en réunion, supervise le compte-rendu et l’adresse à tous les participants qui l’ont souhaité. Nous faisons ce que nous avions dit.

Les projets validés

  • Opération Pastura à Ensaboyo

Permis de construire novembre 2014 sous une précédente municipalité, 45 appartements dont 10 à loyer modéré, livraison 3ème trimestre 2022. 

  • Impasse de la Gare

Permis de construire mars 2019 sous une précédente municipalité, 52 appartements dont 17 à loyer modéré, travaux démarrés, livraison mars 2023. 

  • Simon de Cyrène, près du Prieuré, ancienne route de Brax

Permis de construire octobre 2020, maison partagée pour personnes en situation de handicap lourd, 18 studios et 12 logements accompagnants, démarrage début 2022. 

  • Résidence Sylva, route de Toulouse, face au garage Renault

Permis de construire décembre 2020, 24 appartements dont 10 à loyer modéré, travaux démarrés, livraison fin 2022.

Vue de la Résidence Sylva
  • 73 route de Léguevin

Permis de construire mars 2021, cinq villas et aménagement du pavillon existant, début des travaux novembre 2021. 

  • 6 chemin de Château Cru

Permis de construire avril 2021, 49 appartements dont 18 à loyer modéré, démarrage des travaux mi 2022.

Vue d’un des bâtiments

Les projets en cours de concertation

  • 8-10 ancienne route de Bayonne

16 villas dont 6 à loyer modéré, réunion de concertation 28 septembre 2021 et mi-novembre. 

  • 1 chemin de Sartha

​17 logements dont 6 à loyer modéré, réunion de concertation 23 septembre 2021.

Madame le Maire, en quoi la charte modifie-t-elle ces projets ?

Sur tous les projets signés depuis octobre 2020 et sur ceux en cours, l’application anticipée de la charte a permis:

  • de réduire les densités à des niveaux proches de ses recommandations, voire à des niveaux allant plus loin que les recommandations;
  • d’intégrer l’aménagement de locaux vélo, deux places de stationnement par logement, la végétalisation des mitoyennetés;
  • de modifier la répartition par type de logements;
  • une concertation systématique avec les riverains.

 Certains projets ne respectant pas la charte ont été refusés en l’état.

Madame le Maire, alors que vous nous parlez d’écologie, on voit des arbres tomber… un double discours ?

Avant toute chose, sachez que je n’ai pas le pouvoir de décider de ce qu’un propriétaire fait de ses arbres dans sa propriété ! 

Ainsi il arrive que des propriétaires ou des porteurs de projets, parce que leurs arbres ne sont pas classés au PLU, choisissent de les détruire. C’est ce qui s’est passé à l’école de la Salle, même si nous avons tenté de convaincre les responsables de procéder différemment.

Dans les projets d’urbanisme, de voirie, nous essayons de négocier des solutions qui permettent de garder les arbres, surtout les espèces les plus nobles et nous demandons toujours une compensation aux abattages. 

Par exemple, sur le projet de la résidence Sylva, les arbres les plus importants ont été conservés et il y aura revégétalisation. Sur d’autres projets ce sont des essences à l’impact moins favorable à la biodiversité qui sont écartés (résineux, etc.). 

Aujourd’hui, vous le savez, l’enjeu écologique sur lequel nous devons nous concentrer, c’est celui de la préservation des espaces agricoles et naturels. Avec le vote de la loi « climat et résilience » cet été, nous ne pourrons plus construire de nouveaux logements sur des terres agricoles; nous devons faire muter les espaces urbanisés déjà existants par de la division parcellaire ou un peu de densité. C’est cet équilibre qu’aujourd’hui nous recherchons avec l’application de la charte urbanisme. 

Certains regrettent ces choix. Pour ma part, je choisis de participer aujourd’hui à la lutte contre le réchauffement climatique pour que nos enfants aient un futur aussi agréable que l’est notre présent. Prendre soin de la planète c’est trier ses déchets et en produire moins, manger local, réfléchir à ses déplacements. Mais c’est aussi accepter de mieux partager les espaces disponibles pour se loger, plutôt que laisser filer l’étalement urbain. Savez-vous que c’est la surface agricole d’un département entier qui disparaît tous les cinq ans ?!

Le projet Simon de Cyrène sur l’Esplanade, n’est-ce pas une mauvaise idée?

Tout d’abord, le projet ne se fait pas sur l’Esplanade, mais côté ancien chemin de Brax, en continuité du Prieuré. J’ai entendu beaucoup d’inepties sur ce dossier. La hauteur de ce projet est bien à 7 mètres de haut depuis le sol naturel, côté Basilique. Du point de vue architectural, ce projet a été validé par l’Architecte des Bâtiments de France et c’est un projet d’une très grande qualité. 

Il ne me semble pas qu’accueillir des personnes en situation de handicap, qui vont enfin trouver où se loger et partager leur vie avec des valides, en créant du lien social dans notre beau village, soit une erreur. 

Je n’ai pas été élue pour être le Maire du repli sur soi, le Maire du NON. J’ai été élue pour proposer des actions pour que les habitants vivent bien ensemble, avec leurs différences et avec ce qui les relie, dans le respect de notre Histoire et de notre belle ville. Pour moi ce projet en est un exemple parfait. Nous en reparlerons dans quelques mois, vous verrez.

Le patio donne sur l’arrière arboré de la Basilique

Une conclusion, Madame le Maire ?

On parle toujours des logements, des voitures. C’est normal, il y a de forts enjeux, d’imperméabilisation des sols, de circulation. Nous travaillons fortement sur ces sujets, nous vous en parlerons dans un prochain billet.

Pour ma part, je voudrais aussi parler des personnes qui vont retrouver une vie digne avec ces nouveaux logements à Pibrac. Car les Pibracais que je vois dans mon bureau, et il y en a beaucoup, n’arrivent pas à se loger à Pibrac: des situations de handicap, de divorce ou de veuvage qui font qu’on ne peut plus garder la maison. Je devrais leur dire: « désolée, à Pibrac, soit vous êtes propriétaires d’une grande maison, soit cherchez ailleurs » ?

Est-ce ça la ville inclusive que nous souhaitons ? Ce n’est pas avec cette vision et ce projet que j’ai été élue, mais bien sur le projet d’une ville pour tous, en recherchant un équilibre dans nos modes de vie.

Un projet agroécologique communal au lieu-dit Baillaoumes

La commune est propriétaire de 21 hectares reçus du leg Bertaïna, loués pour une affectation en grandes cultures. A l’occasion du renouvellement du bail, la municipalité a décidé de réserver 4 des 21 hectares pour un projet agroécologique.

  • Le projet consiste à créer une exploitation de maraîchage et d’arboriculture biologique, pour fournir une alimentation de qualité, bio, saisonnière et locale à nos cantines publiques et nos crèches;
  • Cette exploitation servira aussi de site pédagogique pour la sensibilisation et la formation à l’alimentation durable.

 Après l’étude de faisabilité, le projet passe à la phase de bouclage partenarial et financier, avec l’objectif de pouvoir commencer la production en 2023. A suivre…

Quelle place pour la minorité?

Dès juin 2020, la municipalité a mis en place des mesures pour que la minorité retrouve une place dans les débats et les décisions municipales. Néanmoins, M. Costes se plaint d’atteintes à la liberté d’expression. Il déplore notamment l’évolution du traitement des questions de fin de conseil municipal. 

Qu’a mis en place notre municipalité en 2020 ? 

Au Conseil municipal du 9 juin 2020, nous avons voté un nouveau règlement intérieur pour :

  • intégrer davantage les citoyens,
  • réduire au maximum les décisions prises par le Maire seul en redonnant du pouvoir au Conseil municipal,
  • prendre en compte la minorité.

Ainsi, nous avons introduit une nouveauté majeure : les deux groupes minoritaires siègent désormais à la Commission permanente, où sont préparées et débattues non seulement les décisions présentées au Conseil municipal, mais également des sujets importants pour la commune. Récemment, la Commission étudiait la nouvelle charte de l’urbanisme. Malheureusement, aucun membre des deux groupes minoritaires n’est venu travailler ce sujet. 

Quant aux questions orales au Conseil municipal, elles doivent dorénavant être déposées 48h à l’avance. Ce délai permet d’apporter des éléments techniques et factuels devant le Conseil et ainsi enrichir un débat sur le fond. 

Les débats ont-ils bien lieu ? 

Oui ! Et les élus de la majorité regrettent que M. Costes, qui se plaint de leur réduction considérable, soit systématiquement absent des séances de travail de la Commission permanente. 

S’agissant de l’expression des élus, les lecteurs de l’Echo de l’esplanade ont pu constater que M. Costes ne propose aucune tribune dans la dernière édition du journal communal, malgré les relances de la mairie pour obtenir un texte.  

Heureusement certains élus de la minorité participent de manière constructive aux réunions de travail et nous les remercions pour leur contribution au bénéfice de la commune.

0 comments on “Urbanisme, on fait le point

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :